Deux soeurs pour un roi

Deux-Soeurs-Pour-Un-Roi

Quand la rumeur se répand que le roi Henry VIII ne partage plus la couche de la reine Catherine, son épouse incapable de lui donner un héritier mâle, Sir Thomas Boleyn rêve de gagner la faveur royale grâce à sa fille aînée, Anne. L’ambitieux projet de Sir Thomas est cependant quelque peu contrarié quand le roi s’éprend de son autre fille, Mary.

Je regarde rarement l’adaptation cinématographique avant d’avoir lu le roman, mais pour une fois, je me suis laissée tenter… Je pense cependant que le livre a plus de complexité et de développements, car si dans l’ensemble le film est très sympathique, il manque beaucoup d’éléments.

C’est d’ailleurs le principal point faible. La dernière demi-heure est un grand marathon pour essayer de montrer tous les faits historiques sans en omettre. Mais du coup, tout est très vite expédié; principalement la relation houleuse entre Henri VIII et Anne Boleyn alors que c’est l’un des points les plus importants!

L’autre point délicat, c’est Natalie Portman qui n’est pas du tout crédible en Anne Boleyn. Ce n’est pas qu’elle joue mal, mais l’actrice ne peut pas incarner ce genre de personnage manipulateur et malsain: physiquement, elle en est à l’opposé et c’est assez flagrant tout le long. Lorsqu’elle joue les pestes à la cour, ça ne marche pas! Du coup, l’actrice est obligée de pousser son jeu pour pallier à ce côté ombrageux qu’elle ne dégage pas.

DeuxSoeursPourUnRoi03

À l’inverse, la bonne surprise vient de Scarlett Johansson, moi qui ne suis pas du tout une fan. Ce rôle lui convient à la perfection! Son personnage est très touchant et on admire son caractère, certes très doux, mais finalement très volontaire. On s’attache très vite à elle et c’est d’ailleurs auprès d’elle qu’on voudrait être le plus souvent! La relation qu’elle entretient avec sa sœur est le point le mieux travaillé du scénario. Le face à face entre les deux actrices est quant à lui plus efficace que la performance seule de Portman.

18898087

Éric Bana en roi tourmenté et prisonnier de ses désirs charnels est très bon; malheureusement pas assez mis en avant (ce qui au final peut être logique vu le titre du film…). On aurait voulu le voir un peu plus dans son intimité, en dehors du trio amoureux qu’il forme avec les deux Boleyn. Notamment le début, sur sa relation avec Catherine d’Aragon qui n’est pas correctement expliquée.

deux-soeurs-pour-un-roi-the-other-boleyn-girl-02-04-2008-07-03-2008-11-g

Autre belle surprise: Kristin Scott Thomas (qui est loin d’avoir mes faveurs…). Son personnage de mère protectrice, à la fois libre de s’exprimer, mais tributaire des décisions de son mari est une autre vision de la femme à cette époque. L’actrice incarne parfaitement ce rôle avec une scène de fin très touchante. Comme pour Bana, on regrettera ses rares apparitions au profit de séquences pas forcément plus intéressantes.

the-other-boleyn-girl-kristin-scott-thomas

Les extérieurs sont superbes alors que les intérieurs font très décorum de studio, ce qui peut s’expliquer par un budget peu élevé (35 millions de dollars), mais l’ambiance de l’époque est tout à fait palpable notamment grâce aux superbes costumes. La bande-son également nous plonge complètement dans le 15ème siècle.

CONCLUSION

Deux soeurs pour un roi est un film agréable avec de jolis passages émouvants et une réalisation léchée, mais l’ensemble est un peu scolaire et l’histoire manque d’approfondissement.

a year in England

Publicités